Cuisson mijotée

Cuisson mijotée

La tradition des bons petits plats

Quand on dit mijotage, on pense blanquette de veau, bœuf bourguignon, pot au feu, petit salé aux lentilles ou coq au vin… Et on en salive d’avance ! Bonne nouvelle, toutes ces délicieuses recettes peuvent se réussir aujourd’hui sans surveillance !

L’art du mijotage

 

Cuisson mijotée, mijoteurLa cuisson mijotée évoque les petits plats du dimanche de nos grands-mères, longuement mitonnés sur le feu et au fumet si délicieux. Autrefois réalisées dans de grosses cocottes en fonte, les recettes mijotées célèbrent la tradition de la cuisine du terroir. Ou plutôt des terroirs, puisque de nombreuses spécialités d’autres pays utilisent exactement le même mode de cuisson : tajines, chili con carne, carbonnade flamande, goulash, osso bucco… Emblématique du fait maison, le mijotage symbolise une cuisine généreuse et chaleureuse, particulièrement appréciée en hiver quand il fait bien froid dehors.

 

Les atouts du mijoteur

 

Cuisson mijotée, mijoteur

La seule différence entre une recette mijotée à la cocotte et au mijoteur électrique, c’est qu’il n’y a rien à surveiller ! Pas besoin de remuer, inutile de vérifier la cuisson, sauf par curiosité. Une différence de taille à une époque où le temps consacré à la préparation du repas dépasse à peine 1h par jour… Le mijoteur électrique permet donc de se régaler des bons petits plats que tout le monde aime sans y passer des heures. On lance sa recette le matin, on part au travail ou faire son jogging le dimanche matin et quand on revient, c’est prêt. Le mijoteur maintient même le plat au chaud jusqu’au moment du repas.

 

Secrets de réussite

L’eau

Ni trop, ni trop peu ! Le mijotage se fait en milieu humide, comme toutes les cuissons à couvert. De la vapeur d’eau se forme dans le mijoteur et les aliments cuisent tout doucement en concentrant les goûts. Les légumes deviennent plus savoureux, les viandes restent tendres et bien moelleuses. Voilà pourquoi les morceaux qui ont tendance à se dessécher à la cuisson ont tout à gagner au mijotage. En revanche, comme l’évaporation d’eau est très faible, il faut réduire de moitié environ la quantité de liquide indiquée dans une recette classique.

 

Les aliments les plus adaptés

Cuisson mijotée, mijoteurMorceaux à braiser, plat de côtes, épaule, jarret, poitrine, volailles… Les viandes les mieux sublimées par le mijotage sont aussi les moins chères ! Pour les légumes, le mijoteur fait merveille sur tous ceux qui rendent beaucoup d’eau (courgette, endives, champignons…) grâce à l’effet de concentration des saveurs. Même chose pour les légumes longs à cuire et durs (carottes, pommes de terre, haricots secs, chou, fenouil…). En cuisant lentement dans leur jus, ils se révèleront très goûteux.

 

Le rissolage avant mijotage

Les aliments cuits directement au Mijot’Cook de SEB ne sont pas dorés, ce qui ne pose aucun souci pour de nombreuses recettes. Si vous souhaitez faire revenir les morceaux de viande au préalable, faites-le dans une sauteuse, jamais dans la cuve du Mijot’Cook. Placez-les ensuite dans le mijoteur, sans ajouter le gras du rissolage.

 

Maîtriser les temps de cuisson

Le Mijot’Cook propose 2 modes, « high » et « low ». Si vous ne souhaitez pas suivre le mode indiqué dans la recette, pas de souci, il suffit de savoir que le mode low nécessite un temps de cuisson multiplié par 2 par rapport au mode high. Pour adapter vos recettes personnelles, voici quelques principes :

  • Viande rouge sans os 1 à 2 kg : 4 h en mode high/ 8 h en mode low
  • Viande tendre (veau) 1 à 2 kg : 3 h en mode high/ 6 h en mode low
  • Poulet coupé en morceaux avec os : 3 h en mode high/ 6 h en mode lo
  • Poulet coupé en morceaux sans os : 2 h en mode high/ 4 h en mode low

 

A faire / A ne pas faire

A faireCuisson mijotée, mijoteur

  • Si vous trouvez la sauce trop liquide, ajoutez un mélange de farine et de liquide (eau ou jus de tomate par exemple) 5 minutes avant la fin de la cuisson.
  • Laissez les marinades prendre toute la nuit au frais pour mieux parfumer les viandes.
  • Pensez à utiliser les aromates ( laurier, thym, sauge, ail, oignon, échalote…) mais aussi les bouillons de volaille et de bœuf ou le fumet de poisson pour développer les saveurs de vos recettes.

 

A ne pas faire

  • Utiliser des aliments congelés directement : il faut toujours les laisser décongeler complètement avant de les mettre dans le mijoteur.
  • Remplir le Mijot’Cook à plus des ¾ de sa capacité. 
  • Tenter de faire dorer les aliments dans la cuve du Mijot’Cook sur le feu, cela l’endommagerait définitivement.

 

Testé et approuvé !

 

20 internautes ont été sélectionnés pour tester le Mijot’Cook pendant 10 semaines et ont accepté de répondre à un questionnaire. Voici les résultats…

  • 65 % l’ont utilisé une ou plusieurs fois par semaine
  • 88 % l’ont laissé fonctionner sans surveillance, sa vocation première
  • 70 % ont créé des recettes personnelles en utilisant le Mijot’Cook
  • 77 % sont « très satisfaites » de l’appareil, 10 % « assez satisfaites »
  • 94 % le recommanderaient à des proches

 
 

Le top recettes du livre Mijot’Cook

Cuisson mijotée, mijoteurLa blanquette de veau à l’ancienne connaît un véritable plébiscite ! Parmi les autres spécialités les plus appréciées et les mieux notées : le bœuf bourguignon, la ratatouille, le chili con carne, la daube de bœuf et le cassoulet.

 

 

Quelques témoignages

Le Mijot’Cook a très bien convaincu les testeurs, surtout sur son atout n°1 : réussir de bonnes recettes traditionnelles sans avoir à surveiller.

 
« Préparer un repas sans se soucier de vérifier la cuisson et être sûre que cela ne va pas coller, c’est un luxe. » Yamina

« C’est très pratique pour une femme organisée qui travaille : je mets tout dedans et quand je rentre le soir, le repas est prêt. » Noëlle

« Cela permet de varier les repas pris en semaine. » Martine    

« Pour quelqu’un qui cuisine peu souvent, la cuisine devient facile, il permet de faire des plats mijotés même si on n’a pas trop le temps. » Alexandra

« J’ai beaucoup apprécié de préparer un plat le matin, de partir la journée et de trouver mon plat prêt et chaud pour le dîner. » Brigitte

« Je vais continuer à l’utiliser, c’est une évidence, quand on y a pris goût, on ne peut plus s’en passer. Une pure merveille ! La cuisine compliquée devient une cuisine facile que toute la famille apprécie. » Catherine

« J’ai vraiment adoré me servir du Mijot’Cook ! » Brigitte

« Sachant que le prix d’une cocotte en fonte est d’environ 100 € le rapport qualité-prix est tout à fait correct. » Stéphanie

« Avant utilisation, j’aurais dit que c’était cher mais après utilisation, excellent rapport qualité prix ! » Noëlle

 

Le saviez-vous ?

 

  • Des fouilles archéologiques nous ont prouvé que le mijotage était déjà utilisé il y a 27 000 ans !
  • A l’origine, nos ancêtres utilisaient un coin du foyer pour faire mijoter sur les cendres, voilà pourquoi les cuissons étaient si longues…
  • De nombreuses civilisations ont pratiqué le mijotage à leur manière, toujours avec des ustensiles permettant une diffusion optimale de la chaleur : tajine marocain, cocotte en fonte, wok avec couvercle en Asie…

Retour en haut de page